Huawei relance la discussion du système d’exploitation mobile

Google a bien réussi sa politique marketing en s’imposant comme l’un des systèmes d’exploitation les plus répandus de la planète. Si Apple, avec son IOS, a su trouver une très large clientèle, il faut admettre qu’il ne fait pas le poids en matière de nombre d’utilisateurs. Cependant, le constructeur Huawei, spécialiste du marché chinois, annonce qu’il va se lancer dans la conception d’un OS personnel, dans le cas d’un avenir moins propice pour le n°1 du web.

Tour d’horizon des systèmes d’exploitation

Devant la suprématie d’Apple et de Google sur le marché de l’industrie mobile, les autres marques ont bien du mal à saisir leurs parts de marché lorsqu’il s’agit des OS. On pourra citer en exemple le système Windows Phone, développé par Microsoft, qui ne fait guère mieux qu’un petit 2% de parts de marché. L’OS à la fenêtre n’est pourtant pas désagréable et assume un design efficace, une utilisation simple et intuitive et une rapidité d’exécution qui n’a rien à envier à ses concurrents.

Enfin, le dernier participant à la course à la part de marché sera BlackBerry, qui depuis sa création en 1999 a su séduire le cercle des hommes et femmes d’affaires, grâce notamment à ses fonctionnalités intuitives et pensées pour m’optimisation du temps d’utilisation. Ayant atteint en 2010 son âge d’or avec 18.2% des parts de demandeurs, il chutera par la suite pour se stabiliser à environ 1%.

Mieux vaut prévenir que guérir

Huawei, partenaire et bénéficiaire de Google pour deux de ses versions de l’OS (5.1 et 7), applique un des piliers du monde de l’offre et de la demande. En prévision d’une éventuelle baisse de régime, ou encore en cas de mésentente avec le mastodonte américain, la firme chinoise prévoit la mise en branle d’un projet de développement d’un OS « made in » Huawei. Pour l’heure, aucune indication ne permet d’annoncer quelle piste sera envisagée par le constructeur chinois. Conjointement à cette annonce, on rappelle que la marque a déjà lancé quelques graines avec sa précédente refonte de sa surcouche EMUI de l’OS de Google. Une version plus sobre, qui n’est pas sans rappeler la version Android stock, pour son côté plus « occidental ».

 

Crédit photo : images.frandroid.com